il est bo, il est chaud, il est arrivé le nouveau beaujolais James Bond !

Hier soir, j'ai profité de l'avant première pour enfin voir le dernier opus de cette saga (ou plutôt le premier). D'où l'habillage jusqu'à sa sortie officielle.

Il y a quelques mois, la production annonça le lancement d'un nouvel épisode des aventures de l'agent secret (le 21e, après un 20e clin d'oeil aux précédent). La question, présente sur toutes les lèvres des fans, était "mais qui va remplacer Pierce Brosnan ?"
Parmi les noms relevé, on avait droit à Clive Owen, Hugh Jackman ou Daniel Craig. Ce dernier fut retenu.
Dès lors, une vague de fans (et de journalistes) se leva afin de contester ce choix, prétextant mille et un problème apparut lors du tournage ou du peu de carrure de l'acteur. Qu'importe, le nouveau tombeur de ces dames fait la sourde oreille et continue le tournage.

Le film bouclé, la machine marketing est lancé. Une bande annonce "plein les yeux" est disponible sur le net.
Et le film est à la hauteur de la bande annonce ! Avant première journalistique, la presse est enthousiaste, sidéré, sans voix... et sans souvenir ! Ces derniers n'avaient pas hésité à racoler les pires ragots contre l'acteur principale. Oublié tout ceci, "la relève à Sean Connery" est ENFIN arrivé !

Le grand Rex a l'avant première France. Il ne m'en faut pas moins pour y être (ainsi que plein de people). Toute l'équipe du film fera le déplacement, James Craig Bond en premier. Après un petit concert de l'orchestre philosophique philharmonique de Prague (oui rien que ça) reprenant les plus grand thèmes de James Bond, notre héros nous gratifie de quelques mots (2-3 phrases)....

Place au film.
Souvent naïf, parfois gauche, assez comique, le nouveau James Bond reste un homme qui se découvre. Le film retrouve la genèse de héros. Les décors sont superbes, les scènes d'action très fortes, l'histoire crédible et les personnages convaincants.
Cotés critique, je dirai que malgré un très bon Bond, on ne sait tjs pas pourquoi le commandeur Bond est devenu Agent double zéro, alors que le film est quand même censé expliquer le comment du pourquoi. La durée, un poils trop long. Malgré les pointes d'humour, la (trop) grande mise en avant des marques ("votre montre, une Rolex ?" "non, une Oméga" "bon choix")...

Quoi qu'il en soit, un très très bon cru... vivement le suivant.